Grands parcs du Nord

Bienvenue dans d’incroyables sanctuaires animaliers. Commençons par fouler les plaines infinies du parc national du Serengeti. Le plus vaste des parcs du Nord s’étend du Kenya au nord jusqu’au lac Victoria à l’ouest. C’est ici que chaque année se joue l’un des spectacles animaliers les plus ahurissants : la migration des gnous.
La caldeira de la zone de conservation du Ngorongoro est d’abord une incroyable symphonie de couleurs : couverte de fleurs après la saison des pluies, d’une savane bronze et de verts herbages, son centre est occupé par l’ocelle bleu-rosé du lac Maladi. Large de 20 km, elle est le refuge de centaines d’animaux : éléphants, lions et buffles… et l’un des derniers endroits de Tanzanie où observer le rhinocéros noir.
Aux confins de la zone de conservation du Ngorongoro, les gorges d’Olduvai sont un livre racontant l’histoire de l’humanité depuis ses balbutiements.
Plus au sud le parc national du lac Manyara se déploie autour du lac éponyme. Plus petit que les précédents – sa superficie atteint 325 km2 – il n’en est pas moins très intéressant. Les ornithologues en particulier s’y pressent de décembre à avril pour observer les 400 espèces d’oiseaux recensées dans le parc : pélicans, ibis sacrés, grues couronnées… De mai à juin, le lac se couvre du rose écarlate de dizaines de milliers de flamants roses.
Le parc national Tarangire (2 600 km2) traversé par la rivière qui lui a donné son nom étonne par ses paysages vallonnés d’où surgissent la silhouette débonnaire du baobab et celle plus affutée de l’acacia. On y observe zèbres, buffles et quelque 3 500 éléphants.