La culture et la langue swahili

Présente en Tanzanie depuis des siècles, l’identité swahili s’est affirmée au XIXe siècle entre la fin de la prédominance arabe et le début du protectorat britannique. Sa langue, devenue langue principale du pays, est le reflet des métissages successifs qui se sont opérés sur ce territoire au fil des siècles. Découvrir son histoire est l’occasion de revoir les grandes pages de l’histoire tanzanienne.

Une naissance sous influence

Le swahili est né sur les rivages du continent est africain. Le mot swahili même indique tout à la fois le contexte et les influences de cette langue puisqu’il vient du mot arabe signifiant « côtes / rivages ».
La base linguistique du swahili vient principalement du bantou, nom d’un concept ethnico-linguistique désignant plusieurs populations divisées en deux branches : celles de l’Est (Zimbabwe, Mozambique, Afrique du Sud) et de l’Ouest (Angola, Namibie, Botswana). Elle s’est alors enrichie au fil des siècles de nombreuses influences extérieures ayant fait escale sur les rives est du continent africain. Les raisons de ces apports migratoires tiennent à la facilité de navigation grâce aux vents de la mousson soufflant en deux sens contraires et qui offrent des conditions extrêmement propices aux grandes routes commerciales pour parcourir l’océan Indien en toute sécurité.

On y retrouve ainsi fortement les marques de la langue arabe, suite aux migrations des populations de la Perse, du Yémen et du sultanat d’Oman (qui établit sa capitale à Zanzibar). Le vocabulaire connaît ensuite de nombreux emprunts au contact avec les navigateurs portugais partis à la découverte des Indes, avec les communautés indiennes originaires du Penjab et du Gujarât et finalement avec la langue anglaise véhiculée par les administrateurs britanniques à l’époque du protectorat.

Vous avez déjà entendu du swahili :

– si vous avez la fièvre du samedi soir, dans une adaptation disco
du chant traditionnel Jambo Bwana par le groupe Boney M
– si vous êtes un grand enfant : dans l’expression emblématique
« hakuna matata » (pas de problème) du Roi Lion de Disney
– Si vous êtes un gamer : dans la musique d’introduction
du jeu Civilisation IV, issue du Notre Père swahili Baba Yetu

 

Une diffusion religieuse et marchande

Sur la côte, les signes d’une influence islamique apparaissent alors que les relations commerciales se développent et que la circulation des marchands et nomades arabes augmente tout en se mêlant à la communauté autochtone. La culture swahili devient alors majoritairement islamique et les dernières populations locales demeurées fidèles à leurs croyances finissent par adopter l’Islam au XIIIe siècle.

Coran Swahili du 19e siècle (Kenya)
Coran swahili du XIXe siècle (Kenya)

Le swahili commence à se répandre à l’intérieur du continent africain comme une langue véhiculaire se substituant aux nombreuses langues régionales pour les échanges commerciaux. Une tradition commerciale perpétrée par les Portugais à partir du XVe siècle. Elle continue ensuite à se diffuser sur le continent et devient ensuite un vecteur pour les missionnaires qui l’utilisent pour évangéliser. Elle perd alors peu à peu sa culture islamique, sa graphie passe alors de l’alphabet arabe à l’alphabet latin.

À partir du XIXe siècle, les autorités coloniales européennes font uniformiser les variantes régionales de la langue et l’ancrent massivement dans la population. Elle devient alors progressivement une langue maternelle et officielle dans plusieurs pays. En Tanzanie, elle fut imposée au XXe siècle par le président Julius Nyerere comme langue d’enseignement à l’école primaire dans le but d’accélérer le processus d’unification du pays. Aujourd’hui, 80 à 100 millions de personnes parlent le swahili, langue nationale du pays.

Portrait du Président Julius Nyerere
Portrait du président Julius Nyerere

Quelques mots pour un premier contact en swahili

Hujambo : comment allez–vous ?
Sijambo : je vais bien
Karibu : bienvenue
Assante sana : merci beaucoup
Siwesi Kusema kiswahili : je ne parle pas swahili
Ninakupenda : je t’aime
Ninasafiri : je voyage
Kula : manger
Ndio : oui
Samahani : pardon

 

Ouvrage de référence : Histoire de la langue swahili de David Massemba (éditions Khartala)
© photo principale : Gavrosh / commons.wikimedia.org © photos : n°1 Don Cole UCLA Museum ; n°2 UK National Archives