Le Tarangire, royaume des éléphants

"Don’t trust the bush. Never!" dit Damas, notre chauffeur. Et de se tourner vers nous, tout en maîtrisant fermement le volant de notre véhicule 4x4 entre ses mains. Puis de poursuivre avec passion sa mise en garde. "You never know from what the danger comes. Animals always watch us before we could, and are up at any moment".

Au cours de notre safari en Tanzanie, nous achevons notre game drive au Tarangire, le pays des éléphants, à deux heures de route d’Arusha, au nord de la Tanzanie, point de départ des excursions dans les réserves nationales protégées. En dépit des secousses provoquées par les ornières du tracé de la piste qui mettent en défi l’adresse et la volonté de Damas, que nous choisissions la posture assise ou debout, l’ouverture aménagée dans le toit nous assure la meilleure des visibilités sur la savane environnante.

blog-tanzanie-parc-national-tarangire-bescure (1)

Rencontre avec les éléphants

Au bord de la piste, en tête d’un groupe d’éléphants, le premier d’entre eux nous scrute avant de s’ébranler et de traverser devant nous. Les autres suivent à leur tour, posément. Peau plissée, yeux petits, oreilles et trompe se balançant mollement, grandes enjambées. Le sol résonne et tremble à leur approche majestueuse et souple, en dépit de leurs masses corporelles. Plus loin, ils s’aspergent d’eau dans une mare. Encore plus loin, ils se roulent dans la boue, font des contorsions, s’en imprègnent de cette boue si bonne qui les protège des essaims de mouches. Ou bien ils se frottent avec entrain contre les troncs des baobabs couronnés de vert et y laissent des marques d’usure. S’adossant à eux, ils mènent cette activité avec une telle intensité qu’elle provoquera le déclin du nombre des baobabs d’ici une centaine d’années.

blog-tanzanie-parc-national-tarangire-yguiguen

Observation des éléphants

Le Tarangire appartient aux éléphants. Ce parc national au nord de la Tanzanie est leur royaume, celui des prairies du vert des jardins anglais, parsemées des tâches sombres de leurs dos au milieu des acacias umbrella et des baobabs. Les éléphants s’éparpillent dans ces plaines développées à l’infini sur plus de 2 600 km2, surmontées de collines bleutées dans le lointain, les vieux mâles en solitaire, les mères veillant sur leurs petits.
À leurs pieds, un irrégulier tapis de touffes d’herbes qu’ils convoitent en permanence et qu’ils caressent de l’extrémité de leurs trompes. Elles s’entortillent autour pour s’en emparer et les glisser dans leur bouche. Toujours en mouvement, ces infatigables marcheurs, ces inlassables travailleurs, ces mangeurs insatiables prélèvent et engloutissent leur ration quotidienne de 200 kg d’herbes.
Et nous les comptons pour parvenir au chiffre de 200. Avec malice et plaisir tout au long de notre visite dans l’émotion de la rencontre de ces nobles pachydermes. Nous sommes chez eux. Depuis l’habitacle de notre 4x4 aux vitres baissées, nous les regardons.

blog-tanzanie-parc-national-tarangire-bescure (2)
© photo principale : Vanessa Lourdin © photos articles de haute en bas : Brigitte Lescure ; Yann Guiguen ; Brigitte Lescure