Tout savoir sur les Hadzabe

La Tanzanie abrite plus de 120 tribus différentes. Parmi elles, la tribu des Hadzabe, reconnue comme la plus ancienne du pays. Leur existence sur ces terres remonte à 40 000 ans ! Rencontre avec ce peuple nomade exceptionnel.

Qui sont les Hadzabe ?

Les Hadzabe sont un peuple de chasseurs-cueilleurs qui ont conservé le style de vie de leurs ancêtres au fil des siècles. Aujourd’hui fragilisé, il ne compte plus qu’environ 1300 individus. Seuls 300 à 400 d'entre eux vivraient uniquement de leur mode de vie traditionnel. Ils vivent le long des rives du Lac Eyasi, sur le plateau du Serengeti  et au centre de la Vallée du Rift (plus de 10 000 km2).

Comment vivent les Hadzabe ?

Nomades, les Hadzabe vivent au rythme de la nature et des saisons. Ils ne comptent pas le temps, n'ont ni montres, ni calendrier. Ils n'ont pas de maison définie ni de terres cultivées et pas de bétail non plus. Leur langue est le hazda, une langue à "clic".

Ils n'ont  aucune cérémonie, célébrations (mariages, funérailles etc...) et se contentent de chasser et cueillir. Aucune règle ou autorité au sein du groupe ne régit la vie communautaire. Ils n'ont pas de chefs, tout le monde est sur un pied d'égalité puisqu'ils ne possèdent "rien"(ni terre, ni maison, ni fonction hiérarchique...).

Les seuls rôles répartis sont :
- Les femmes qui ramènent les racines et les baies.
- Les hommes qui chassent à l'arc et récoltent le miel.

En cas de conflit

Il suffit de partir ! Si 2 personnes se querellent de manière importante ou récurrente, l'une d'entre elle quittera le camp pour un autre camp.

La même chose s'applique pour les couples, ils se font et se défont en fonction du maintien de l'harmonie.

Un peuple qui traverse le temps

Le peuple Hadzabe est parenté avec les aborigènes de l'Afrique du Sud et sont aussi connus comme les premiers habitants de la Tanzanie. Leur présence sur les rives du lac Eyasi remonte à environ quarante mille ans. Ce peuple a pu préserver son mode de vie primitif et nomade jusqu'à aujourd'hui car leur territoire n'était pas convoité par les peuples voisins... Si vous souhaitez en savoir plus sur leur histoire je recommande cet article de Loïc et Geoffroy Latullaye :

Les Hadzabe, peuple de chasseurs-cueilleurs

Aujourd’hui, ils font face à l’État tanzanien qui cherche à asseoir son autorité et son mode de développement à l’ensemble de son territoire. Un ministre tanzanien ne s’est ainsi pas gêné de les qualifier de « arriérés ». Ils sont progressivement assimilés au reste du pays à travers des emplois d’ouvriers agricoles et s’exposent alors à de nouveaux fléaux comme l’alcool. Leur mode de vie ancestrale est pourtant, selon de nombreux ethnologues, loin d’être miséreux. En dehors de la médecine moderne, ils ne manquent de rien. Ils travaillent moins de 5 h par jour et consacrent le reste aux loisirs, qui n’est donc pas une invention moderne.

Un avenir incertain ?

De nos jours le territoire des Hadzabe diminue terriblement, en cause les nombreuses fermes qui se développent et le tourisme avec les safaris. Les Hadzabes n'occupent plus qu'un quart de leur territoire initial ce qui représente 10 000 km2 de la Vallée du Grand Rift. Dans le même temps, la population de la dite vallée a augmenté de 300%.

Malgré un avenir qui semble écrasé par la modernité, les Hadzabe résistent grâce à leur tempérament digne et indépendant. Leur force réside dans leur incroyable fierté et leur attachement à leur mode de vie harmonieux.

 

© Photo principale et photos de l'article : Alix Thouvenot